• Histoire du Nord

    Les différents livres d'Histoire du Nord sont identiques à ceux qui se trouvent dans Baldur's Gate 2, et c'est assez absurde pour la plupart, car ils sont en parfait anachronisme avec Icewind Dale I et II : certains - à partir de "la puissance des hommes", qui parle d'Akar Kessel - relatent des évènements qui se sont produits en 1367-1370, alors que l'histoire d'Icewind Dale I se passe en 1281, et celle d'Icewind Dale II en 1311 !

     

    HISTOIRE DU NORD : LA PREMIÈRE FLORAISON  - ref. 7302  00BOOK40.itm

    Pendant des millénaires, les elfes dorés habitèrent à Illefarn (où se dresse aujourd'hui Eauprofonde) et Eaërlanne (le long du Fleuve Etincelant). A partir de leurs cités plantées d'arbres, ils négociaient avec de nouvelles nations humaines comme Nethéril et Illusk, et repoussaient les attaques des races gobelinoïdes. Entre-temps, les clans des nains s'unifièrent et formèrent la nation de Delzoun, en hommage au nain à l'origine de l'alliance. La nation, tout d'abord souterraine, s'étendit des Monts de Glace aux Néthères, avec pour frontière occidentale la Passe de Lunargent et pour rivage oriental la Mer Etroite. Les orques débarquèrent du nord de l'Epine Dorsale du Monde mais furent sauvagement refoulés par les elfes. A ce jour, c'est le territoire et le bastion des orques et des races similaires.


    HISTOIRE DU NORD : LES GUERRES DE COURONNE - ref. 7303 - 00BOOK41.itm

    Les humains émigrèrent en masse de la Mer Etincelante à la Côte des Epées. Ils devinrent marins, bravant les vagues jusqu'aux Sélénæ, Mintarnne, Ruathym et les îles nordiques.  Les elfes se lancèrent dans des guerres fratricides, bénéfiques aux humains et aux orques qui s'emparaient des ruines que les elfes noirs laissaient derrière eux. Mais la plus grosse calamité que le Peuple-Fée eut à subir fut probablement le Désastre Noir, une magie mortelle apparue sous la forme d'une sombre nuée ardente. Elle enveloppa le royaume de Mieyritar et lorsqu'elle se dissipa, quelques mois plus tard, tous les elfes avaient péri et plus un seul arbre ne se dressait... il n'y avait plus que cette lande ouverte, désolée : la Haute-Lande.

    Tout n'était pas noir pour les elfes cependant. Malgré la retraite à laquelle ils avaient été contraints sous la pression de plus en plus forte des barbares humains et des hordes d'orques, leur puissance s'accrut à la Cour Elfique et à Evéreska (qui est restée une citadelle). Il envisagèrent une coopération entre les nains, les humains amicaux et les autres elfes afin d'assurer leur survie contre les orques, les maraudeurs humains et la marée de bêtes (ogres, gobelours, trolls, gobelins, gnolls et autres créatures non humaines) commandée par le pouvoir grandissant des géants. Chose étonnante, dans au moins trois endroits (les Royaumes Déchus, les cités de Lunargent et de Myth Drannor) ils s'en sortirent avec brio.

    A l'est, sur les rivages sablonneux de la calme et étincelante Mer Etroite, les villages de pêcheurs humains s'organisèrent en bourgades et s'associèrent pour former la nation de Nethéril. Les sages pensent que cette unification est l'ouvre d'un grand magicien humain qui avait découvert un livre doté de grands pouvoirs magiques réchappé des Jours de Tonnerre ; un livre que la légende appelle les Parchemins Néthères. Sous l'influence de ce magicien anonyme et de ceux qui suivirent, Nethéril vit sa puissance et son renom croître, devenant à la fois le premier territoire humain dans le Nord et le plus puissant. Pour certains, cette découverte marqua la naissance de la sorcellerie humaine, car auparavant l'homme ne disposait que de chamans et de guérisseurs. Pendant plus de 3 000 ans, Nethéril domina le Nord, mais même ses légendaires magiciens furent incapables d'empêcher son destin funeste.  

    HISTOIRE DU NORD : L'EXODE DES ELFES - ref. 7310   - 00BOOK43.itm

    Au cours de cette période, des forteresses furent mises à sac par des hommes et des orques. Lorsque les elfes choisirent de quitter le Nord pour se rendre à Eternelle-Rencontre, il ne resta bientôt plus rien de leurs travaux, si ce n'est la Vieille Route et un port ravagé dans la Haute-Forêt qui témoignait du passage d'Eaërlanne. Les elfes ne furent cependant pas seuls à prendre la route de l'exile ; la nation humaine de Nethéril était elle aussi sur le déclin.

    La fin de Nethéril prit la forme d'un désert empiétant sur la Mer Etroite et s'étendant au point de recouvrir ses rives d'une couche de sable et de poussière. La légende raconte que lorsque les grands magiciens de Nethéril comprirent que leur pays était voué à la destruction, ils l'abandonnèrent, ainsi que leurs compatriotes, et s'enfuirent aux quatre coins de la planète en emportant leurs secrets avec eux. Plus vraisemblablement, cette migration commença progressivement il y a 3 000 ans et se termina 1 500 ans plus tard.

    Quelle que soit la vérité, les magiciens ne résidèrent plus à Nethéril. Au nord, la forteresse des nains de Delzoun, jadis majestueuse, vécut des jours sombres. Les orques frappèrent. Ils avaient toujours été considérés comme des ennemis dans la région, surgissant de leur trou toutes les dix générations, lorsque leurs repaires devenaient surpeuplés. Cette fois, ils quittèrent leurs cavernes pour attaquer l'Epine Dorsale du Monde, déferlèrent sur les mines abandonnées des Pics Gris, jaillirent en hurlant des forts abandonnés par les nains dans les Monts de Glace, se ruèrent hors des cryptes dans les Néthères et sortirent comme un ouragan des entrailles des Montagnes de Hautelune. Jamais l'histoire n'avait connu un tel déferlement d'orques. Devant cette attaque, Delzoun s'effondra. Nethéril, sans ses magiciens, fut rayé de l'histoire. Seuls les elfes d'Eaërlanne résistèrent à l'assaut ; avec le concours des Sylvaniens de Turlang et d'autres alliés anonymes, ils purent préserver leur pays pendant quelques siècles encore.

    A l'est, Eaërlanne érigea la forteresse d'Ascalcorne et la confia aux réfugiés de Nethéril, tandis que les partisans nethérisses bâtissaient la ville de Karsé dans la Haute-Forêt. Les Nethérisses exilés fondèrent Llorkh et Eauforte. D'autres se mirent à errer à travers les montagnes, les collines et les landes de la Haute-Forêt. Ce sont les ancêtres des Uthgardt et les pères de Lunargent, d'Everlund et de Sundabar.

    HISTOIRE DU NORD : LA PROPAGATION DE LA RACE HUMAINE ref. 7311 - 00BOOK44.itm

    Les humains, connus pour leur faculté d'adaptation, se servirent de la magie qu'ils purent acquérir ou apprendre auprès du Peuple Fier pour écraser tous leurs ennemis, renversant (provisoirement) la puissance des géants et des orques. Eauprofonde fut alors fondée. Les derniers elfes de souche disparurent, victimes de leur union avec les humains.

    Dans l'Ouest profond vivaient également des hommes, des êtres primitifs, sages et intelligents, appelés Chasseurs des Glaces. Ils menaient une vie simple sur la côte depuis la nuit des temps, comptant des générations innombrables avant la venue des premiers fondateurs de Nethéril sur la rive ouest de la Mer Etroite. En attendant, ce peuple paisible tomba sous le coup d'une autre invasion en provenance du Sud : une race d'individus belliqueux de grande taille, aux cheveux blonds, arrivés sur des drakkars rudimentaires, obligea les Chasseurs des Glaces à quitter le pays de leurs ancêtres.

    Cette race, connue sous le nom de Nordistes, établit des fermes et des villages sur les rives séparant le Fleuve Sinueux des gorges du Mirar. Les guerriers nordistes repoussèrent les Chasseurs des Glaces de plus en plus au Nord, acculèrent les gobelinoïdes à rejoindre leurs repaires montagneux, et inspirèrent le dernier Conseil d'Illefarn. 500 ans après l'arrivée des Nordistes, Illefarn n'était plus, ses habitants ayant émigré vers Eternelle-Rencontre.

    Depuis la Côte, les Nordistes voguèrent vers l'ouest, revendiquant et établissant des colonies sur les principales îles occidentales de Ruathym et Gundarlun, pour finalement occuper toutes les îles de la Mer du Nord. D'autres migrèrent vers le nord, au-delà de l'Epine Dorsale du Monde, et devinrent les véritables barbares sauvages du Val de Bise.

    Au cours des siècles suivants, Ascalcorne devint Seuil d'Enfer, lorsque des démons parvinrent à s'en emparer et Eaërlanne céda devant l'attaque d'une nouvelle horde d'orques. Les elfes s'enfuirent vers le sud-est, rejoignant les Nordistes, les descendants nethérisses et les nains pour créer le futur Royaume Déchu. Ce dernier fut de courte durée et s'écroula lorsque les orques se lancèrent dans une nouvelle invasion. Mais en disparaissant, il porta aux races gobelinoïdes un coup dont elle ne se sont jamais remises.

     

    À partir d'ici, les livres de l'histoire du Nord content des faits qui se sont passés APRÈS l'épopée d'Icewind Dale II (et à plus forte raison après celle d'Icewind Dale I).
    C'est un anachronisme de les intégrer dans le jeu !

    HISTOIRE DU NORD : LA PUISSANCE DES HOMMES (ref. 7312)  - 00BOOK45.itm

    Le long de la côte, dans ce qui fut jadis la communauté elfique d'Illefarn, l'humanité retrouva une certaine puissance. Des marchands du Sud, des membres de tribus du Nord et des marins des îles occidentales avaient créé un village autour d'un comptoir commercial sur le port d'Eauprofonde, initialement connu sous le nom de Fort de Nimoar en hommage au chef Uthgardt qui, aidé de sa tribu, s'empara du village délabré et le fortifia. Nimoar et ses successeurs, surnommés les Seigneurs de la Guerre, entraînèrent les hommes d'Eauprofonde (connu sous ce nom par les capitaines de navires) dans une bataille contre les trolls qui se solda par un échec. A l'apogée de la dernière bataille, les trolls ouvrirent une brèche dans la vieille palissade et tout sembla perdu, jusqu'à ce que la magie d'Ahghairon de Lunargent fît tourner la chance en faveur de Nimoar, provoquant l'anéantissement et la dispersion des trolls.

    Ahghairon, héritier du patrimoine et de l'enseignement de Nethéril, resta à Eauprofonde, et dans sa 112ème année, il sauva de nouveau la cité, d'elle même cette fois-ci. Ce faisant, il créa les Seigneurs d'Eauprofonde. La cité se développa au point de devenir la plus florissante des villes du Nord, et probablement de tout Féérune. Autour de la solide Eauprofonde, la civilisation se façonna progressivement dans le désert. Illuskan (aujourd'hui Luskan) fut prise aux orques. Eauforte, Llorkh, Triboire, Longueselle, Sécombre et d'autres villes furent fondées par des pionniers d'Eauprofonde, avec l'appui financier de familles de marchands aquafondiennes.

    Bien que la dernière invasion d'orques date de plusieurs siècles, les conflits se poursuivent. Les barbares harcèlent les marchands, les voyageurs et les villes ; les mers sont infestées de pirates nordistes ; et les guerres ont ravagé le pays au cours des dernières années. Luskan, devenue une cruelle cité marchande célèbre pour son soutien aux pirates, déclara la guerre au royaume insulaire de Ruathym, après un acte de piratage commis contre l'un de ses rares navires marchands. La guerre sévit pendant presque un an, et Ruathym perdit progressivement du terrain. Lorsqu'il sembla évident que Luskan remporterait cette guerre navale et débarquerait sur l'île, l'Alliance des Seigneurs entra dans la mêlée. Elle menaça d'attaquer Luskan si les escarmouches ne cessaient pas immédiatement. Incapable de lutter efficacement sur deux fronts à la fois, Luskan renonça à ses projets d'invasion.

    Les rapports entre Luskan et Ruathym sont encore très tendus et il n'est pas rare que leurs navires tirent des coups de canon lorsqu'ils passent à quelques encablures les uns des autres. Le gouvernement de Ruathym a récemment dépêché des aventuriers dans les montagnes du royaume insulaire, pour rechercher les mercenaires qui tuent marchands, fermiers et bûcherons. Ruathym pense que Luskan n'a pas complètement quitté l'île, essayant de gagner par la subversion et le terrorisme ce qui n'a pu être obtenu par les armes.

    Dans l'extrême Nord, les Dix-Cités ont été reconstruites après avoir été pratiquement anéanties par les forces monstrueuses d'Akar Kessel. Avec le concours des barbares de la toundra vivant à proximité, ils ont construit et remis en état leurs cités, replanté les frondaisons éparses et, par dessus tout, remonté le moral de leurs citoyens. Un jeune négociant qui passa dans la région avec 17 cargaisons de bois de chêne rare affirma qu'il était impossible de distinguer le barbare des autres citoyens : " Ils vivent en communauté ! " s'étonna-t-il.

    HISTOIRE DU NORD : HISTOIRE RÉCENTE DU NORD - ref. 7309  -

    Dans les derniers mois de l'été 1367, une horde immense d'orques descendit de l'Epine Dorsale du Monde, dans l'intention de progresser vers le sud dans les terres commerciales du Nord. Cette armée d'orques, conduite par le roi Greneire, déferla dans le Sud entre le Bois de la Lune et le Bois-Froid, arrêtant sa course aux portes de la Citadelle des Mille et Une Flèches.

    Obould, le souverain orque de la Citadelle des Mille et Une Flèches, fut terrifié lorsqu'on annonça l'arrivée d'une nouvelle horde d'orques. Il savait pourtant qu'ils devaient s'unir contre les humains du Nord et les rejetons de Seuil d'Enfer. Mais les chamans tribaux avaient prédit le renversement de la citadelle par un traître, et avaient informé le roi qu'il serait détrôné par d'autres orques.

    Aussi, sombre fut le jour où le roi Greneire et sa horde de 150 000 orques apparurent sur les plaines qui s'étendaient devant la Citadelle des Mille et Une Flèches. Le roi Obould annonça à ses partisans que cette horde avait été envoyée pour les déloger et les réduire à l'état de charognards dans les plaines. Il fit serment, avec Gruumsh pour témoin, d'occire ces traîtres " comme des elfes pendant un festival ".

    Pendant quatre mois, les 40 000 orques de la citadelle tinrent bon. Les assauts se multiplièrent contre les remparts de la garnison, mais les assaillants subissaient des pertes beaucoup plus importantes que les défenseurs. Pourtant, les conditions de vie à l'intérieur des remparts, déjà médiocres au départ, commençaient à sérieusement se détériorer.

    La bataille pour la Citadelle des Mille et Une Flèches culmina pendant la première semaine d'Uktar. Tandis qu'une autre couverture de neige menaçait d'ensevelir les orques rassemblés, le roi Greneire lança tout ce qui lui restait de son armée sur la citadelle. Les portes furent enfoncées et les orques se jetèrent furieusement les uns sur les autres, l'épée à la main. Comme les deux rois orques se cherchaient le long des remparts, la citadelle commença à s'embraser.

    Les orques survivants à la bataille parlent encore de la prouesse surhumaine des deux rois dans le duel qui les opposa devant leurs troupes. Finalement, le roi Obould transperça le corps de Greneire de sa longue épée, mais il était lui-même gravement blessé quand Greneire émit son dernier souffle. Les orques se jetèrent de nouveau dans la bataille et on ignore ce qu'il advint du Roi Obould.

    C'est dans un nuage de fumée et de neige que les vainqueurs du conflit émergèrent : les nains du Clan de la Couronne-de-Guerre accompagnés d'un contingent de troupes de Lunargent. Les nouveaux assaillants, s'élançant à travers les portes qui avaient volé en éclats, mirent rapidement en déroute les orques de la citadelle épuisés et les refoulèrent dans la nature.

    Le roi Emerus Couronne-de-Guerre règne maintenant sur la Citadelle des Mille et Une Flèches, même si les nains appellent la cité par son ancien nom, Felbarr. Dans le Nord, ils l'appellent plutôt la Citadelle et sont curieux de savoir si elle résistera à la prochaine horde d'orques. Le roi Couronne-de-Guerre a lancé un appel à tous les nains afin qu'ils viennent participer à la défense de la citadelle, et la nouvelle d'un nouveau filon d'or et d'argent se répand comme de la poudre dans les communautés des nains.

    HISTOIRE DU NORD : LE RETOUR DE LA BÊTE (1367 - ?)  - ref. 7315 - 00BOOK48.itm

    Sages, philosophes, historiens et prêtres interprètent tous la fraîcheur de l'air comme un mauvais présage. Ils prédisent une lente évolution pendant la décennie à venir, mais qui se terminera au cours de l'existence des hommes nés le premier jour de cet âge. Ils pensent que les bêtes qui jadis régnaient sur ce pays comptent revenir pour réclamer ce qui leur appartient de droit en emprisonnant et en réduisant à l'esclavage les têtes couronnées. Là où jadis des elfes régnaient, des hommes détiennent aujourd'hui le pouvoir mais leur pouvoir (comme ce fut le cas pour toutes les civilisations antérieures) est pour le moins ténu.

    HISTOIRE DU NORD : 1368, ANNÉE DE LA BANNIÈRE ref. 7313 - 00BOOK46.itm

    Au moment où les nains s'installaient pour l'hiver dans leur ville reconquise de Felbarr, un groupe d'aventuriers à la solde du Zhentarim fit irruption dans la Caverne du Grand Ver, tuant Elrem le Sage, chef chaman de la tribu du Grand Ver. Alors que les guerriers de la tribu fondaient sur les rangs des méchants aventuriers, la magie de la téléportation fit se volatiliser au moins trois des responsables (et avec eux une grande quantité des trésors volés à Elrem) pour les mettre en sécurité.

    D'après Themrin, l'actuel chaman de la tribu, Elrem promit de " protéger la tribu par l'esprit maintenant que [sa] forme mortelle [était] détruite. " En dépit des paroles rassurantes d'Elrem, la tribu souffrit des rigueurs d'un hiver où la neige fut abondante, le gibier rare et le moral au plus bas.

    Des visiteurs dignes de confiance au camp barbare signalent que les Talistar Thelgaar et Gweshen Main-de-Fer portent une sorte d'armure fabriquée à partir d'écailles d'Elrem. Cette utilisation du corps de l'ancien chaman comme " protection " leur a apparemment été ordonnée lors d'une vision onirique. L'armure semble être légèrement plus solide qu'une armure souple en cuir et semble protéger des coups aussi bien qu'une armure de plates complète

    Nesmé a signalé une recrudescence dramatique du nombre d'attaques de trolls dans les Landes Eternelles, et différentes sources confirment que quelque chose pousse les trolls hors des landes. Ce qui se cache derrière cet exode des trolls restera un mystère jusqu'à la fin de l'année, des groupes d'aventuriers se lançant contre le flux incessant de trolls fuyant la tourbière.

    Dans ce qui fut le mouvement le plus surprenant de l'année, la Tribu de l'Ours bleu, conduite par la cheftaine de clan et chaman Tanta Hagara, marcha sur la forteresse ennemie du Seuil d'Enfer. Bien qu'une courte bataille pour la conquête du contrôle politique de la ville fût signalée par diverses sources, Tanta Hagara réussit à s'emparer des rênes du pouvoir.

    HISTOIRE DU NORD : 1369, ANNÉE DU GANTELET - ref. 7314 - 00BOOK47.itm

    Le climat tumultueux de Seuil d'Enfer continua à susciter de fortes activités aventurières. Un groupe de Ménestrels infiltra la cité en se servant de capes magiques et révéla qu'en fait Tanta Hagara appartenait aux Annis. Cette révélation toutefois ne tempéra en rien le respect de l'Ours bleu pour son puissant chef et la cité réagit à cette révélation en attaquant des convois en route vers Sundabar. De plus, quelques forces expéditionnaires de Tanar'ri furent envoyées pour harceler la Citadelle des Brumes, Sundabar et Lunargent. Tanta Hagara informa ses " troupes loyales " que des portails existaient dans ces cités qui pourraient permettre à d'autres Tanar'ri de " se joindre à nous dans les glorieuses batailles à venir au cours desquelles nous prendrons le contrôle de la totalité du Nord ! "

    Alustriel jeta de puissants sorts magiques pour défendre Lunargent des attaques de Tanar'ri et la cité ne souffrit ainsi aucun dommage à la suite de leur attaque. Le Maître des Brumes de la Citadelle des Brumes participa également à la défense de la citadelle, bien que des rapports signalent toujours l'assistance de Sylvaniens de la Haute-Forêt.

    Sundabar souffrit de l'attaque de Seuil d'Enfer, les démons brisant les murailles et semant le chaos dans les rues de la cité. Pendant que des aventuriers luttaient contre les démons, Heaum Ami-des-Nains conduisit un énorme contingent de la garde de la cité pour chasser les derniers ennemis de Sundabar. Pourtant, les démons de Seuil d'Enfer quittèrent la cité avec la satisfaction de savoir qu'elle brûlait dans leur sillage. Cependant, au bout de deux jours, les incendies furent maîtrisés et Sundabar se redressa de cette attaque.

    Au milieu d'Eleasias, des rumeurs selon lesquelles Turlang, le puissant Sylvanien qui réside dans la Haute-Forêt du Nord, défendait activement les forêts proches de la Citadelle des Brumes parvinrent aux oreilles de Tanta Hagara, la sorcière régnant sur Seuil d'Enfer. Des nouvelles signalant que Turlang aidait le Maître des Brumes n'échappèrent pas à son attention et la conviction que la Citadelle des Brumes détenait un artefact d'outreplan ne fit qu'accroître l'intérêt de la sorcière.

    Tanta rassembla des forces importantes composées de plus de 100 Tanar'ri et autres démons, ainsi que 500 membres de la tribu Ours bleu pour raser la Citadelle des Brumes. Mais au moment même où les forces du mal se frayaient un passage vers la Haute-Forêt, le Maître des Brumes mettait son propre projet à exécution. Deux agents Ménestrels, un barde du nom de Cryshana Valfeu et un prêtre de Mystra connu sous le nom de Sortvipère, infiltrèrent Seuil d'Enfer déguisés en membres de la tribu Ours bleu. Chacun portait une partie de l'artefact d'outreplan appelé le Cristal du Gardien du Portail.

    Le Cristal du Gardien du Portail est un artefact en forme d'étoile à trois branches fait d'onyx et d'un métal inconnu entortillé au travers de la gemme. Chaque pointe de l'étoile est un objet distinct. Ces objets peuvent être combinés pour créer l'artefact ou séparés pour former trois objets magiques puissants. Bien que le cristal puisse être utilisé de différentes manières, il fut initialement créé pour faire tomber les vigilances et en particulier les mythals et autres protections puissantes. Selon la légende, il fut créé par une liche puissante qui s'en servait pour rendre les clercs impuissants en les dépouillant de leur capacité à repousser les morts-vivants et à annuler la magie nécromantique dans un rayon de 80 kilomètres.

    Le Maître des Brumes faisait un autre usage du Cristal du Gardien de Portail, mais il lui fallait des volontaires pour l'aider à placer deux éclats du cristal à des emplacements précis à l'intérieur de la cité gardée de Seuil d'Enfer. Il avait en particulier besoin de deux personnes prêtent à sacrifier leur vie pour exterminer à tout jamais les démons de Seuil d'Enfer. Sortvipère et Cryshana acceptèrent cette mission-suicide. Tenant dans leurs mains les morceaux de cristal, les deux Ménestrels attendirent que le Maître des Brumes active la magie à l'aide du troisième morceau, déclenchant ainsi la magie qui allait réduire en pièces Seuil d'Enfer. Lorsqu'un rayon étincelant d'énergie pourpre vint illuminer les cieux au-dessus du château, pas un seul membre de la citadelle des démons n'eut le temps de se demander ce qui arrivait.

    Le pouvoir du Cristal du Gardien du Portail passa au travers des barrières magiques, déferlant ainsi sur la ville. Cela entraîna une explosion qui secoua la terre à plus de 150 kilomètres a la ronde. Dès que les barrières magiques autour de Seuil d'Enfer s'écroulèrent, le cristal dégagea l'énergie magique dans une explosion qui souleva toutes les constructions de la cité, ne laissant derrière elle que des cailloux de la taille d'un poing. Pas une créature vivante ne bougeait sous les décombres. Tout  n'était que silence.

    Les forces tanar'ri de Seuil d'Enfer ignoraient ce qui venait d'arriver, bien qu'elles aient ressenti le tremblement lorsque le Cristal du Gardien du Portail fut activé. Elles combattaient toutefois pour leur survie, les Sylvaniens, korreds, centaures, satyres, dryades et autres créatures de la Haute-Forêt (y compris les défenseurs de la Citadelle des Brumes) les frappant et les piétinant sur le sol humide. Cependant, l'un des chefs les plus reconnus du Nord tomba au cours de cette bataille, mais il emporta au moins six Tanar'ri avec lui dans la tombe. Faureal Noirmartel, le seigneur protecteur de Triboire, tomba aux côtés de ses troupes peu avant la conclusion du conflit.

    Quelques semaines après la bataille finale contre Seuil d'Enfer, les Sylvaniens bloquèrent le passage vers le nord au confluent des rivières Sang-Cour et Delimbiyr. Bien que les Sylvaniens ne se soucient guère des chasseurs et aventuriers passant dans le secteur, ils refoulent systématiquement tous les convois cherchant un passage vers le nord en direction de Sundabar. Et ce point ne peut faire l'objet d'aucune négociation avec les Sylvaniens.

    Au cours d'un autre incident attribué à Turlang, la Passe de la Pierre Tombale fut bloquée par une terrible avalanche. Cette ultime calamité ferma la partie supérieure de la vallée à toute force humaine d'importance. Les voyages dans cette zone antérieurement occupée par Seuil d'Enfer sont aujourd'hui limités aux aventuriers et autres voyageurs intrépides.

    Le Maître des Brumes fut interrogé à maintes reprises par certains des plus puissants magiciens des Royaumes, y compris Elminster de Valombre et Khelben Arunsun, pour connaître l'emplacement actuel du Cristal du Gardien du Portail. La plupart des sources prétendent que les morceaux du cristal furent de nouveau répandus au milieu des plans, mais personne n'en est certain.

    On découvre, aux alentours de Nesmé, l'origine de l'exode des trolls. Des géants du brouillard et des nuages se sont installés dans la lande, chassant les trolls de la nouvelle " patrie " des géants. Bien que l'on ignore le nombre exact de géants installés dans la Haute-Lande, certaines estimations en dénombrent plusieurs centaines. Un brouillard épais recouvre maintenant en permanence les Landes Eternelles ; il est même plus persistant et plus épais qu'avant l'arrivée des géants. Nombreux sont ceux qui pensent que ces brumes sont l'ouvre des géants des nuages mais personne n'en est certain.

    Alustriel de Lunargent envoya un détachement de gardes pour inspecter les frontières de l'est de la lande. Ces gardes revinrent en annonçant qu'un rassemblement de vingt géants du brouillard qui étaient " d'un caractère accueillant et très aimables " venait de s'installer dans une zone jadis infestée de trolls.

    Les gardes de la région voisine de Nesmé ne furent toutefois pas été aussi chanceux, se heurtant à un clan de géants du brouillard et des nuages très violents armés de blocs de pierre qui faillit décimer leur unité. En outre, un groupe d'aventuriers couvert d'horribles brûlures se réfugia dans Nesmé, signalant qu'ils avaient rencontré un dragon noir dans un campement de géants du brouillard. On peut dire globalement qu'à l'heure actuelle aussi bien les géants bienfaisants que les géants malfaisants considèrent la lande comme leur foyer.


    HISTOIRE DU NORD : 1370, ANNÉE DE LA CHOPE  ref. 7316 00BOOK49.itm

    Bien avant que le printemps ne vienne illuminer le Nord Sauvage, des rapports signalant que des Sylvaniens se massaient dans la Haute-Forêt ont atteint toutes les cités du Nord. Il semblerait que toutes les créatures de la forêt se soient mobilisées pour restaurer la Haute-Forêt après la chute de Seuil d'Enfer. Certes, quelque chose doit subsister sous les ruines de Seuil d'Enfer car la Compagnie du Cour de Jade n'a jamais émergé des profondeurs de la cité. Depuis lors, les Sylvaniens bloquent l'entrée des ruines, barrant la voie à tout élément maléfique qui pourrait encore rôder loin des yeux des humains.

    Mais d'autres activités se déroulent également dans le Nord. Luskan joue toujours à la guerre en excitant des villes voisines tout en évitant de déchaîner la colère d'Eauprofonde. Les barbares prospèrent toujours dans le Nord, s'offensant aisément de chaque incursion innocente dans leurs propriétés sacrées. Des rumeurs continuent à circuler selon lesquelles des agents du Zhentarim écument les Terres Déchues à la recherche de la magie puissante de Nethéril disparu depuis longtemps. Les aventuriers abondent toujours dans la Frontière Sauvage.

    « Histoire de KuldaharHistoire de l'Amn »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :